Née en France en 1960, l'artiste plasticienne Lucile Bertrand vit et travaille à Bruxelles depuis 2001, après avoir passé six ans à New York. Elle expose régulièrement en Europe, aux États-Unis et en Corée du sud.

Son travail se partage entre de larges installations in-situ et des objets réalisés en atelier. Elle utilise une grande variété de matériaux, selon ce que chacun de ses projets induit.

La littérature et la philosophie sont souvent à la base de sa réflexion pour nourrir ses recherches. À l'occasion d'un projet, elle a souhaité rendre hommage aux écrivains par le biais de la vidéo.

Sa première vidéo, amnesia — sur la mémoire trop vite oubliée ou enfouie et ravivée grâce aux écrivains, parfois au prix de leur vie — a ainsi été conçue en tant qu'installation pour son exposition Tu te souviens ?, qui s'est déroulée à Bruxelles en septembre-octobre 2014.

« Les thèmes graves et déstabilisants que sont la guerre et les génocides sont véhiculés régulièrement dans l'œuvre plastique de Lucile Bertrand. Au moyen d'objets, sculptures, dessins et installations — caractérisés par l'insertion de références textuelles, la délicatesse de certains matériaux et une agilité spatiale —, elle procède sciemment à la matérialisation et à l'interrogation de la terreur et de la dignité bafouée dans et par la société. En 2014, pour Tu te souviens ?, elle recourt à la vidéo, exploitant le potentiel informatif et affectif du médium. »
Véronique Danneels, in catalogue d'exposition
Tu te souviens ?, septembre 2014

Lucile Bertrand travaille actuellement sur sa seconde vidéo, en parallèle avec un autre projet d'exposition personnelle.

Entre légèreté et poids, entre envol et chute, les œuvres de Lucile Bertrand suggèrent l'immatérialité des éléments tels que le vent et les nuages, mais aussi la fragilité de la vie et l'absence dans des circonstances dramatiques. Elle utilise de préférence des matériaux pauvres tels que plumes, plâtre, poussière, tissu, cheveux, ou encore objets trouvés. Les matières solides et organiques sont souvent mises en tension afin d'induire l'impression de fragilité ou au contraire accroître la sensation de danger.

« Dans la société actuelle en proie au doute et à l'instabilité, Lucile Bertrand observe le monde et nous donne, à travers diverses images teintées d'une douce mélancolie, sa vision personnelle d'une forme de désorientation, de cet équilibre précaire qui, à tout instant, peut modifier le cours des choses vers une ascension ou un déclin, la sensation d'un vertige. »
Catherine Henkinet, in catalogue d'exposition
Duo d'artistes : un échange, janvier 2012

Curriculum Vitae
- Expositions
- Acquisitions
- Bibliographie